Jeudi 16 septembre

Journée calme et ordinaire, duel d’artillerie, c’est un peu l’habitude journalière, le 75 commence la danse, le 77 répond, les grosses pièces se mettent de la partie, mais ça ne dure pas et tout redevient plus calme, sauf les torpilles, ces sacrées torpilles qui font un potin infernal.

En fin de journée et dans la nuit, les boches tirent sur nos premières lignes.

C’est ce soir la relève du bataillon, pourvu qu’il n’y ait pas de casse. Rien d’autre à signaler dans cette journée.

 

 » Dans l’argot des Poilus durant la Première Guerre mondiale, le terme « torpille » désignait un projectile d’artillerie de tranchée. L’ensemble des mortiers de tranchée furent appelés torpille. De même, par extension, l’ensemble de leurs projectiles, quels qu’en soient le calibre ou la nationalité. Les mortiers allemands furent dénommés Minenwerfer. »
http://www.histoiredumonde.net/Torpilles-et-Crapouillots.html.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s